Physique et Métaphysique :  

Contes, légendes et poèmes soufis.

Symbolisme des images rencontrées sur les chemins de la Vouivre...


"Le Chaman Blanc",    Patrick Dacquay  
Editions Alphée Jean-Paul Bertrand, 2010, Monaco

 

ChamanBlanc1.JPG

 ChamanBlanc2

  

Ce livre, sous un nouveau titre, reprend textuellement le texte du premier

Il est rendu hommage, dans la préface,
à "Renard agile" qui l'a rédigé,
mais son nom ne figure plus sur la couverture.
 
Voici les réflexions que Renard Agile a envoyées à Patrick Dacquay :
  
 
"... Mais quelle surprise en voyant que le titre et la couverture ayant changé, c'est le même contenu  que le précédent ! En principe, un livre réédité garde le même titre, surtout s'il n'y a pas eu de changement dans le texte, sinon l'acheteur peut se méprendre.
"Renard Agile" aurait pu rester sur la couverture sans doute ; et tu en fais un éloge trop appuyé par ailleurs ! Tu m'avais dit lorsque le premier a été épuisé qu'il ne serait pas réédité. J'aurais volontiers introduit quelques changements au texte autrefois rédigé et dont certaines parties me semblent périmées. Mais tout est toujours très bien et je vois que tu restes fidèle au déploiement du chamanisme actuel. "Le titre "Le Chaman Blanc" fait penser à "chaman de race blanche", plus qu'à un chaman vêtu de blanc..."
                                                                             Renard Agile
 
Ceux qui possèdent ce premier livre n'ont nul besoin d'acheter le second qui en est une réédition !
 Le premier est épuisé, mais des exemplaires d'occasion sont en vente sur Internet.
 

 

Sous le pseudonyme de
«
 Renard Agile »,

Régor a conté "le Deo Celte Soof-Ta".
Il est le scribe qui a rédigé le livre de Patrick Dacquay

Renaissance
du Chamanisme occidental


aux éditions Tourmaline.

Ce livre, épuisé, ne sera pas réédité. On le trouve d'occasion sur les points de vente d'Internet
 
   
 
 
     
 

* * *
« RENARD AGILE » Conte pour vous…


Depuis toujours, dans toutes les tribus de la Terre, les Conteurs, les Griots, les Aèdes
content les mythes et les légendes qui tissent le devenir des humains. Cette fonction
ne peut être interrompue. C’est de l’essence des choses dont il s’agit…D’où vient
leur Inspiration ? L’Inspiration, l’authentique, la véritable, elle vient de l’Innommé
et nul ne voit comment elle se produit… Chacun sait cependant, par l’intime de lui,
qu’elle est véridique !


Depuis toujours, dans toutes les tribus de la Terre, des hommes sont initiés par
l’enseignement d’un maître ; de plus, ils reçoivent en rêve, en rêve éveillé, par
l’intermédiaire de certaines plantes, de certains animaux, de leurs ancêtres, des
Esprits, etc., des techniques, des savoir-faire, des connaissances, des enseignements
initiatiques qui leur permettent de devenir chamans et d’être reconnus comme tels par
leurs proches.Chez les Toungouses de Sibérie orientale, on appelait saman ou shaman
celui qui communiquait avec les esprits ; la traduction de ce terme renvoie à la notion
de « brûler », de « faire du feu », de « travailler avec de la chaleur ou du feu ». Les
ethnologues et les anthropologues ont généralisé cette appellation alors que chaque
communauté utilise un mot particulier de sa langue : piayé en Guyane, pagé aux
Caraïbes, angakkut chez les Inuits, Arendiouannens chez les Hurons, Agotsinnachen
chez les Iroquois, peaiman chez les Macusi de Guyane britannique, etc. Les druides
étaient les chamans de l’Occident dans les temps anciens. Ce mot est devenu
incontournable dans une société qui se mondialise.


Depuis toujours, dans toutes les tribus de la Terre, ces chamans « voyagent » au
rythme du tambour ; ils entrent dans un état modifié de conscience et se rendent, avec
leur « corps de rêve », le corps avec lequel ils voyagent en rêve, dans les autres
mondes dits « inférieurs » ou « supérieurs », dans le royaume des morts, pour soigner,
non seulement les corps, mais les âmes, la totalité de ce qui fait un être humain.


Depuis toujours, dans toutes les tribus de la Terre, pour se soigner, pour connaître
leur véritable vocation, pour acquérir courage, force, lucidité, pour se relier à toutes
les forces de la nature, des hommes peignent leur peau, leurs vêtements, leurs outils,
les parois des grottes où ils vivent leurs initiations, chantent et dansent au rythme des
tambours, des tam-tam, des percussions, des flûtes, des harpes, etc. Ils se purifient
corps, âme et esprit dans des huttes de sudation, se livrent aux quêtes de vision,
utilisent les plantes de maintes façons, se relient au monde minéral, au monde végétal,
mais aussi au monde animal. Ils ne se pensent pas extérieurs à la création, à la
Terre-Mère, au Cosmos, aux énergies qui insufflent la vie.


Depuis toujours, les enseignements traditionnels sont essentiellement oraux.
Pourquoi ce livre ? Pour vous mettre l’eau à la bouche et vous mettre sur un chemin
opératif, afin que vous n’en restiez pas aux vaines spéculations qui ne font que
renforcer la dictature du mental limité et limitant.


Ce livre est écrit, mis en mots par un conteur. Le dira-t-on druide, ou chaman ?
Non pas, scribe seulement ! Qui sait et qu’importe ! Il y a bien des années, alors
qu’il parcourait, à l’aube naissante, les landes de Cornouaille, un renard
s’immobilisa à quelques mètres de lui, au creux d’une combe. Un face à face
extraordinaire se produisit, alors que le temps était comme suspendu. Deux regards,
sans aucune crainte, se jaugèrent paisiblement, abolissant toute distance, et deux êtres,
si différents d’apparence, se connurent semblables... Cet instant de communion
indéfinissable est resté à jamais vivace en lui. Bien des années passèrent avant que des
circonstances particulières qui seront contées dans ce livre fassent surgir à nouveau le
renard dans la vie de cet homme. C’est sous son nom totémique de Renard Agile
qu’il va vous conter, non pas l’histoire personnelle d’un homme appelé
Patrick Dacquay, mais les seuls événements exemplaires de son existence, sa légende,
et, à travers elle, celle de tout humain qui veut retrouver ses racines et, par-là, santé,
bien-être, joie de vivre, abondance et amour, dans le rétablissement de l’harmonie
avec tous les règnes de la création, avec le Créateur en lui, le Créateur lui… Au-delà
de l’histoire personnelle d’un homme, quel qu’il soit, ce qui est en jeu, c’est le
devenir de l’humanité qui se doit de retrouver ses racines dans l’humus de la
Terre-Mère.


Qui est Patrick Dacquay ? Après avoir été dans les affaires, à travers des péripéties
diverses et des épreuves brutales comme en vivent nombre d’humains, il se connecta
à la mémoire de ses ancêtres celtes, à sa propre mémoire endormie, pour devenir
Soof-Ta, « celui qui connaît et qui mange la terre ». Depuis, il fait renaître, avec
l’aide et l’enseignement d’autres chamans californiens, amérindiens, indiens,
maghrébins, européens, le chamanisme celte dont les racines ont été occultées depuis
la fin du Moyen Âge. Cela à cause de l’obscurantisme de toutes les églises dites
« chrétiennes » et de l’obscurantisme du scientisme, cette croyance qui est une
caricature de la science, tout comme les croyances dogmatiques religieuses sont des
caricatures des énergies christiques, mariales, bouddhiques, védantiques, et autres.
Par-delà les siècles d’une histoire dévoyée qui vit tous les intégrismes générer guerres
et génocides, il montre que nous pouvons nous reconnecter à notre être essentiel, par
la Terre-Mère et le Ciel-Père que les anciens savaient honorer.


Sous nos latitudes, les racines celtes de notre civilisation peuvent être réanimées et
venir, comme un contre-poison, nous guérir des maux que la société industrielle,
technicienne et commerçante génère. Les aides sont données pour qu’un chamanisme
spécifique à nos terroirs reprenne vie, en symbiose avec les autres chamanismes
authentiques, sibériens, orientaux, africains, amérindiens, canaques, etc. Ainsi se
vivent les multiples facettes d’une même vérité qui, pour être unifiée, n’est pas pour
autant uniforme. Dans ces pages, il sera beaucoup question de guérison parce que
l’homme contemporain de la société occidentalisée est profondément atteint dans ses
forces vives.

Quelques contes traditionnels, venus de multiples peuples, émailleront des chapitres
où affluent des faits qui paraîtront surprenants tant le monde qui nous a été « appris »
par notre milieu socioculturel diffère de celui, plus large, plus complet, plus
enthousiasmant, dans lequel évolue tout chaman. Parfois, l’Inspiration visite Renard
Agile ; un conte s’écrit par lui ; il n’a de nouveau que la forme, le contenu étant
traditionnel. Le scribe met en mots tandis que le chaman ne peut plus écrire !
Lorsque vous lirez la page où le conte sommeille, il se réveillera en se révélant ; une
alchimie intérieure lui donnera, et vous donnera, une nouvelle existence. Tout doit se
mettre en œuvre pour que s’assimile la substance essentielle du conte, du récit, du
témoignage, et que se réveille une mémoire endormie qui, comme la Belle au bois dormant, attend cette visite.

Peut-être Patrick Dacquay est-il Renard Agile ? A moins que ce ne soit Soof-Ta…
Ou quelqu’un d’autre ! Ou bien vous, lecteur à qui le chamanisme se présente
d’abord comme une thérapie de l’âme.

Voici donc ce que conte Renard Agile :

* * *
Table des matières


Avant Propos:

Réponse du Chef Seattle faite en 1854 au gouvernement américain.
Réponse de Patrick Dacquay au Chef Seattle


Introduction:

« Renard Agile » conte pour vous
- Le chamanisme comme thérapie de l’âme
- Expériences chamaniques et expérimentations scientifiques


Chapitre I

Une voie pour le retour à l’harmonie avec la nature
- La conscience chamanique
- La voie chamanique
- L’harmonisation des forces de la nature


Chapitre II

Une voie vers les états modifiés de conscience
- La Folie de Merlin est celle du guérisseur celte
- Soof Ta, clown divin et fou céleste au service de la guérison
- Une quête de vision sur les traces de Merlin


Chapitre III

Une voie pratique et opérative
- La hutte de sudation
- L’usage des plantes sacrées
- La recherche de ses animaux totémiques


Chapitre IV

Une voie d’accès à nos mémoires oubliées
- La pratique des méditations médecines
- La perception chamanique de la causalité
- La première prophétie concernant Soof Ta et le réveil de la mémoire cellulaire


Chapitre V

Une voie vers l’ouverture de la conscience
- Les objets de pouvoir
- Protection et exorcisme
- L’éthique chamanique et la magie noire


Chapitre VI

Une voie de passage vers les mondes parallèles
- Le voyage chamanique vers les mondes inférieurs
- Le voyage chamanique vers les mondes supérieurs
- Le voyage chamanique dans le monde des morts


Chapitre VII

Une voie pour ressusciter le chamanisme en terre celte
- La forêt sacrée, le cercle de pierre et la fontaine de jouvence
- Cérémonies traditionnelles de guérison celte
- L’Esprit et la Matière


Chapitre VIII

Une voie pour retrouver la santé
- Maladie et choc vibratoire
- Nuit chamanique de guérison
- L’invocation aux Esprits dans les six directions


Chapitre IX

Une voie qui conduit à la pratique des soins
- Le diagnostic
- Les soins par aspiration, par absorption
- Les soins sur les corps énergétiques subtils


Chapitre X

Une voie pour la transmission des pouvoirs
- Vaincre l’énergie de la colère
- Comment devient-on chamane ?
- La passation des pouvoirs de chamane à chamane


Chapitre XI

Une voie qui unit le tantrisme au chamanisme
- Chamanisme et tantrisme
- Les 36 tattvas du tantra
- La pratique du tantrisme


Chapitre XII

Une voie pour l’ouverture du coeur
- Le chamanisme, voie du coeur
- Le chamanisme comme non voie ou le paradoxe de l’illusion

Contes de Renard Agile


* * *
Commentaires du scribe


« Le scribe qui a mis en forme ce livre sous le pseudonyme de Renard Agile en l’émaillant de contes pour lesquels il a dévoilé son nom : Robert-Régor Mougeot, fait part de quelques réflexions qui lui apparaissent avec le recul.


D’abord, ce fut une magnifique aventure que le parcours partagé tout au long d’une année dans le dynamisme, la joie de vivre, la danse, les échanges énergétiques de toutes sortes dans la simplicité du partage avec chacun, ce fut une magnifique aventure pour moi que de collaborer avec Patrick et d’arriver à un enrichissement mutuel de nos pensées respectives. Merci à lui pour cette collaboration et cette amitié née au fil des rencontres.

Donc, lisez d’abord ce pavé ! Puis faites part à l’auteur et au scribe de vos
remarques, réactions et opinions pour nourrir un dialogue fructueux et aller au-delà, vers l’essentiel de ce qu’est la Vie.

Pour moi, j'ai sans doute été un peu trop ambitieux, trop complexe, et la construction souffre de ce fait d’une certaine maladresse.
Malgré le dernier chapitre, “Le chamanisme comme non-voie ou le paradoxe de l’illusion” - qui aurait peut-être dû être le premier et être plus développé, le livre prend trop au sérieux la Manifestation qui est la Folie du Grand Merlin, la Folie du Grand Mani-Tout, la Folie Divine de la Vie, cette Lila, cette Illusion, qui est certes « lumière sur lumière », mais qui, en même temps, voile sa Source, la Source de la Tradition primordiale, celle d’avant toute déviation du mental humain. Savoir jouer le Jeu de la vie, sans se prendre au jeu et sans se faire jouer par les autres, c’est l’ultime thérapie, la guérison de l’âme qui se fond dans l’âme cosmique, dans l’Unité du Tout. Toutes les autres ne sont que des aides plus ou moins efficaces sur la voie plus ou moins longue ou courte de chacun. Il faut certes en jouer… sans se laisser jouer !
A multiplier les imageries et les techniques, le but est perdu de vue et chacun peut alors se fourvoyer dans un jeu indéfini qui reste sur le plan humain actuel.
Chacun doit faire tôt ou tard un décrochement.

Sans doute aussi manque-t-il dans ce livre d’une mise en garde contre l’utilisation de vocabulaires et de techniques empruntées aux amérindiens de manière parfois abusive et que les meilleurs d’entre eux dénoncent. Il est mieux d’en venir, dans la mesure du possible, à un néo-chamanisme occidental qui ait sa spécificité, ce que tente de faire Patrick.

Quelle est la source de l’inspiration qui nous traverse ? Ce peut être notre ego comme il est dit dans le livre. Ce peut être notre Etre essentiel, la Source créatrice, mais alors, cette inspiration passe par le prisme déformant que nous sommes à un plus ou moins grand degré. Les vérités relatives en découlent qui, prises pour la Vérité, nourrissent querelles, rivalités, guerres, intolérances, fanatismes et intégrismes.

Guérir, c’est le « gai rire » ! Rire de soi avec humour qui est une des meilleures expressions de l’amour. Et sourire à la Vie, qui est l’aide véritable sans cesse octroyée par son Unité. »

 

Afficher la suite de cette page



 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement