Physique et Métaphysique :  

Contes, légendes et poèmes soufis.

Symbolisme des images rencontrées sur les chemins de la Vouivre...

 

L’Unité-Duelle,

« mourez avant que de mourir* »

 « Les qualités explosives et de compression de l'Énergie Universelle UNE sont apparentes[1] », cela dans toute la Nature manifestée. Dès que l’Energie « Immane », elle manifeste le dualisme, une unité-duelle.
« Caïn le sait par nature, parce que l'énergie
deux-en-un[2] est vivante ou sont en vie en lui — ou par son intermédiaire.[3] »
 
Ainsi la dualité Caïn-Abel devient manifeste ! Les fils de Caïn existent-ils dans la chair. Alors ils seraient des « Abel » ! Les « Abels » se doivent de faire le juste retournement, abandonnant la contre- nature, la contre-création,
« À cor et à cris, Caïn essaie de parler à Hevel, à tous les Hevels, chacun étant l’image d'un monde particulier d’évidences trompeuses. »
Tous les règnes précédant l'animal humain sont dans la justesse ; le passage de l’animal à l’humain est marqué par une erreur funeste à l’égard de l’Origine transcendante qui est oubliée, reniée, réduite .à l’état d’idole…
« « Cette histoire fut le début de notre mythe, nous en sommes à la fin. Réveillez-vous,…
[4] »
En ce temps de l’ère du Verseau, beaucoup ne pensent qu’à vivre leurs rêves ! « Ce que tu veux, tu l’auras », disait déjà Platon avant d’ajouter « hélas ! »
« Me voici, Aleph cosmique vivant et réclamant sa récolte, pour sa moisson d'une ère. Me voici activement incarné, dans un état d'indétermination et de liberté. Et vous voici, vivant seulement de manière organique, dans la vanité de vos identifications transitoires. Je suis venu à l'origine en tant que prévention. Mon impact fut trop fort pour vous. Votre Aleph endormi est tombé hors de vous et vous vous êtes désagrégés. Votre intention est-elle, maintenant, d’aller vers l'entropie ou vers Aleph ? »

Choix essentiel, demandant impeccabilité : on ne peut mélanger ensemble la lecture exotérique de la Bible et sa lecture ésotérique sous peine de rendre tout incompréhensible, à moins de réalisé le 2-1 !
Dans une lecture exotérique-ésotérique, Caïn tue Abel, au sens propre ou au sens figuré. De là :on tire la nécessité de mettre fin à l'hérédité de Caïn.; ce qui est mourir à soi-même. Celui qui tue physiquement autrui se condamne à la mort pour la  mort.
La mort du corps physique, incomprise dans sa vérité, n’est plus acceptée par l’émotivité humaine. « Va de par le Monde, dit le Bouddha à l’un de ses disciples, et si tu trouves un seul être chez qui la Mort n’a pas frappé à sa porte reviens le dire
[5] » !

L'auteur de la Genèse, Entête, ne pouvait ignorer la lecture exotérique qui en serait faite... Dans la lecture ésotérique, Hevel refuse le renversement proposé par l'Energie et se condamne à la mort pour la mort.
Chacun de nous paye tôt ou tard « sa dette à la Matière », répare, en cette existence ou dans les suivantes, ses erreurs qui répétées deviennent des fautes. D’où les souffrances que nous nous imposons à nous-même et qui se multiplient à présent tant la contre-création fait de ravages. Bien voir qu’une Unité de Vie peut être faite de plusieurs « réincarnements » de l’esprit qui nous habite. .
« Être rattaché à la hiérarchie humaine, c’est ne pas avoir réglé sa dette à la Matière, ce qui équivaut pour les humains à ne pas avoir réglé leur dette avec leur ancêtre Caïn qui est à l’origine (à ne pas confondre avec l’Originel) du Règne humain, l’origine du Règne humain étant précisément en dette avec l’Originel à cause de la Vie transgressée.[6] »
 
Quelle que soit la lecture, Caïn tue Abel, ou Abel tue Caïn; le résultat est le même !!!
Caïn-énergie demande à Abel de sortir de son rêve illusoire.
« Le débordement d'énergie intemporelle de Caïn est trop puissant pour Hevel : il réagit au choc et laisse tomber son Aleph au lieu de le réveiller, devenant ainsi Dam (MΔ = 600.4 : sang, en hébreu) au lieu d'Adam (Mda = 600.4.1 : Aleph dans le sang).
[7] »
Les catastrophes dites naturelles sont Aleph qui tente de réveiller Hevel !
Hevel repousse l’énergie qui le veut autre. Il assassine le Caïn de lui.
“Je ne sais pas ce que tu veux dire, va-t-en, assassin !” dit Hevel à Caïn.
Ceux qui sont balayés ne voient pas qu'ils sont victimes d'eux-mêmes !
“Je ne suis pas un assassin”, dit Caïn, Je place l’Aleph libre partout où je réussis à détruire les structures psychiques, qui l'emprisonnent dans leurs mémoires. Pourtant, une telle destruction est une sorte de mort, une mort psychologique et résurrection
[8] ».
« L'humain est essentiellement un être psychique[9] » Voilà pourquoi : « Vous avez rejeté comme étant déjà quelque chose l'alternative erronée d'un rien-duquel-quelque-chose-fut-créé. Ainsi, seulement, l'impensable est laissé.[10] »
Hélas, l’erreur perdure ! « La cause Principielle, Unique pour tous, aurait pourtant fait des humains un peuple pacifique et Vivant… au lieu… de faire de la Terre un Lieu de Mort et de souffrance ! 
[11]»
 
« Si vous n'avez pas peur de “perdre la boule”, si vous jouez le jeu avec grande résolution et vigueur, vous découvrirez que ce que vous faites obéit à l'impulsion du Aleph dans votre psyché.
[12] »
Sinon, ce qui est fait n'est pas dans la justesse et produit une contre-création qui est mort pour la mort.
Comme le recto et le verso d’une même feuille de papier forme une unité-duelle, ils peuvent contenir des textes différents (Karuna), les textes différents qui y sont imprimés, en apparence opposés, tissent des points de vue qui sont des Unités-Complèmentaires.
« Vous ne savez pas. Vous ne savez pas ce qu'est la réalité ultime d'une personne, d’une fleur, d’un objet. Par conséquent, vous êtes libre de regarder, de voir, de respecter ; car, après tout, il n'y a jamais d'assassinat.[13] »
Rien, jamais, n’est à tuer, « pas même l’ego », comme le confirme Karuna le Compatissant.
En effet, il n’y a jamais aucune mort pour qui quitte l’illusoire à l’exemple de Milarepa
[14]
dont le Chant est (en) son Cœur :
« J’ai acquis la Certitude de la Non-Apparition qui m’a libéré de la saisie dualiste des vies passées et futures.
La manifestation des six mondes se révèle comme illusoire.
Ainsi j’ai coupé court aux fausses croyances de la naissance et de la mort.
J’ai acquis la Certitude de l’Equanimité qui m’a libéré de la saisie dualiste du bonheur et de la souffrance.
L’expérience des impressions sensorielles se révèle comme illusoire.
Ainsi j’ai coupé court aux fausses croyances en les choses à prendre et à laisser. »
 

 Et dans la relativité, vivant l’instant en conscience :
« Je respecte donc mon corps pour commencer. Je le veux en assez bon état, pour accomplir ce que l'impulsion intérieure inconnue du Aleph explosif en moi peut faire avec mes capacités.
[15] »
 
Même déchus, les hommes n’ont pas pour autant cessé d’être ce qu’ils sont en réalité. Ils possèdent au tréfonds d’eux-mêmes un « germe d’immortalité
[16] » indestructible, enfoui au-delà de leur mémoire ancestrale, dans le Mémoire de la Source ; ils sont marqués indélébilement du Sceau de l’illumination première, d’une empreinte ineffaçable. Elle y est cachée comme le feu dans la pierre. Leur conduite pourrait être dite suicidaire s’il n’y avait en eux, indestructible, une clef inviolable, unique et personnelle, qui peut leur redonner l’accès à leur héritage « divin ». En Orient, il a été toujours rappelé que : « Tous les être possèdent la Nature du Bouddha. »

 
Conclusion
 
« L’humain doit
s’accomplir par son Evolution,
il peut Ressusciter par
sa Victoire sur les forces mortelles.
[17] »

[1] - Je suis Caïn, op. cit.

[2] - Voir notre livre La Métaphysique des Chiffres : Tous les Chiffres ne disent qu’Unité, chap. « Du Deux-Un à la Triade », (Auto-édition, 1998), 2ème éd. Les Editions du Cosmogone, 2011.

[3] - Je suis Caïn, op. cit.
* - Haddith du Prophète.
[4] - Je suis Caïn, op. cit.
[5] - Cité dans Le Livre Précieux de la Vie et de la Mort, op. cit. , p. 125.
[6] - Le Livre Précieux de la Vie et de la Mort, op. cit. , p. 74.
[7] - Je suis Caïn, op. cit.
[8] - Ibidem.
[9] Voir Emmanuel-Yves Monin, L’Inspiration, 2007, Dervy..
[10] - Je suis Caïn, op. cit.
[11] - Les Chevaliers d’Aujourd’hui. Les Chevaliers de Demain, op. cit., p. 35, en note.
[12] - Je suis Caïn, op. cit.
[13] - Ibidem.
[14] - Milarepa ou Jetsun-Kahbum, traduction du tibétain par Lama Kazi Dawa-Samdup,Librairie d’Amérique et d’Orient, Adrien Maisonneuve, 1977.
[15] - Je suis Caïn, op. cit.
[16] - Les Chevaliers d’Aujourd’hui. Les Chevaliers de Demain, op. cit., p. 35.
[17] - Ibidem, p. 172.



 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement